Articulation entre la gouvernance associative et la dirigeance

A l’heure où l’ensemble des acteurs du secteur social et médico-social s’interrogent sur les évolutions de leur missions, dans un contexte de raréfaction des dotations financières et de durcissement des exigences des commanditaires et des bénéficiaires, il convient de revenir aux fondements de l’action sociale, et du partage des responsabilités entre bénévoles et professionnels, notamment dans le champ associatif.

Rappelons tout d’abord que l’association est le fait de ses membres, qui ont choisi ce statut pour mettre en œuvre leur projet dit associatif. La démocratie associative s’exerce à ce niveau, elle peut convoquer d’autres parties prenantes, mais toujours sous le contrôle de l’assemblée générale. L’AG est souveraine, les administrateurs sont désignés par elle, et la présidence est choisie au sein du conseil, comme les autres fonctions électives. C’est le lieu de la gouvernance et de la représentation politique de l’organisme.

Pour mettre en œuvre son projet, l’association doit recruter. Elle acquiert alors le statut d’employeur, et se doit de respecter tant le Code du travail, commun à toutes les entreprises, que les textes légaux et réglementaires spécifiques, ainsi que la ou les conventions collectives applicables. Les professionnels ainsi embauchés sont placés sous l’autorité hiérarchique de leur employeur, et doivent mettre leurs talents et leurs compétences au service de la mission.

Pour organiser la mise en exécution du Projet associatif, il est souvent indispensable de rédiger un Projet stratégique, que la Direction aura à conduire et dont elle devra rendre compte. Elle devra aussi informer les administrateurs, bénévoles, des évolutions du contexte et de l’environnement pour leur permettre d’adapter le Projet associatif et l’action politique de défense des intérêts des bénéficiaires. C’est le niveau de la dirigeance.

Gouvernance associative

Amélioration de la qualité du service rendu

Notre cabinet a accompagné de multiples rédactions ou révisions de Projets associatifs, de Projets stratégiques, de Projet d’établissement ou de service. Ces réalisations menées à la grande satisfaction de nos clients, ainsi que les évaluations externes que nous avons produites, au nombre de plus de 500, nous ont amenés à une certitude : la qualité du service rendu, dans le respect de la mission et dans l’intérêt de toutes les parties prenantes dépend d’une bonne intelligence entre la gouvernance et la dirigeance.

On parle souvent de tandem Présidence/Direction générale.

Nous préférons parler d’une bonne collaboration entre gouvernance et dirigeance, et dans cette perspective, notre ambition est d’aider les associations qui veulent se développer et/ou améliorer la qualité du service rendu à se transformer en « Entreprises privées à statut non lucratif et à mission sociale ». Cela suppose une modernisation du fonctionnement associatif, à tous les niveaux, notamment pour gagner en réactivité et en agilité. Le cadre réglementaire, conventionnel, statutaire, managérial… doit être interprété comme un outil, et non comme une contrainte intangible, ou, encore pire, comme un objectif en soi.

C’est ainsi que le monde de l’économie solidaire pourra répondre avec succès aux formidables défis auxquels il fait face aujourd’hui, qu’il aura à affronter demain !

L’équipe DHCM

En savoir plus sur…

Le Projet Associatif
Le Projet Stratégique
La Gouvernance des associations